COVID-19
COVID-19

Revue de presse: Créer sa start-up en Algérie, une illusion ou une opportunité à saisir ?

ESI > Articles > Revue de presse: Créer sa start-up en Algérie, une illusion ou une opportunité à saisir ?

C’est hier au sein du Sofitel d’Alger que N’TIC Magazine a organisé la première édition de son Forum de discussion autour des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Pour cette première, un certain nombre d’experts se sont réunis pour débattre sur le thème des start-up en Algérie.

Parmi eux, M. Louai Djaffer, co-fondateur du site Emploitic, M. Ali Kahlane, Président de Satlinker et membre du Cercle d’Action et de Réflexion autour de l’Entreprise (CARE), et M. Mouloud Koudil, Directeur de l’Ecole Supérieure d’Informatique (ESI).

 

Le constat est là : le nombre de start-up créés en Algérie reste insuffisant. Les jeunes souhaitant se lancer dans l’entrepreunariat continuent à se heurter à bon nombre de difficultés qui en découragent plus d’un. Des difficultés qui gagneraient pourtant à être réduites. Lancer sa start-up en Algérie : illusion ou réelle opportunité à saisir ? Que faire pour booster le marché des start-ups en Algérie ? Autant de questions auxquelles ont répondu les experts réunis lors de ce forum.

Ces derniers ont surtout insisté sur le volet formation. M. Koudil a lancé un appel destiné aux entreprises, les encourageant à recruter plus de jeunes diplômés et à mettre de côté leur réticence.  » Elles doivent prendre conscience des compétences qu’il y a en Algérie « . Des initiatives sont d’ailleurs prises au sein de son établissement afin de rapprocher les universitaires du monde de l’entreprise.

L’Ecole Supérieure d’Informatique a pour cela mis en place des programmes de formation complémentaires en supplément des formations académiques proposées par l’école. Pour le responsable, ces dernières  » ne répondent plus aux besoins sans cesse évolutifs du marché des nouvelles technologies de l’information et de la communication et des besoins des start-up « . De plus, un projet de création d’une filiale servant à accompagner les jeunes dans leurs projets et maximiser leur chance de réussite à l’ESI est en cours.

M. Ali Kahlane a aussi appuyé la thèse de M. Koudil. Les volets coaching et formation sont capitaux pour le président de Satlinker.  » Plus d’investissements doivent être consentis dans la formation de nos jeunes « . Louai Djaffer a déploré quant à lui le fait qu’il n’existait que  » très peu d’écoles d’excellence en NTIC  » en Algérie.

Le côté financement a aussi été évoqué.  » Les différents dispositifs d’aide Ansej, Angem et la Cnac, fonctionnent très bien, mais ils restent insuffisants vu les délais qu’ils prennent pour étudier et répondre aux demandes des porteurs de projets « , a déclaré M. Kahlane.

 

A titre de rappel, le dispositif mis au point par l’Agence Nationale de Soutien à l’Emploi des Jeunes (ANSEJ) permet de créer une société en bénéficiant d’un prêt allant jusqu’à 10 millions de dinars, et d’avantages fiscaux très intéressants. Ce dispositif reste néanmoins très critiqué à cause de la durée moyenne des démarches jusqu’au financement (entre un an et deux ans). Le porteur de projet doit donc s’armer de patience, d’autant qu’il n’a pas de revenus, puisqu’il ne peut être salarié durant la poursuite de ses démarches pour obtenir un financement.  » Les délais pour accorder le financement à un jeune doivent être réduits. Un projet, s’il est innovant aujourd’hui, ne le sera peut-être plus dans six mois ! « , a noté Ali Kahlane.

M. Djaffer a lui déploré le fait que l’aide au financement des start-up n’est souvent soit pas conséquent soit limité à la phase de démarrage.

N’TIC a souhaité lors de cette rencontre rendre hommage à un grand Monsieur pour sa longue et précieuse contribution au secteur des TIC en Algérie, le Professeur Youcef MENTALECHETA, dont voici le parcours : Docteur en Chimie-Physique en 1962; Docteur d’Etat en Sciences Physiques en 1966; Professeur et Recteur de l’Université d’Alger de 1967 à 1969; Président Administrateur de l’Organisme de Coopération Scientifique (Algérie-France) de 1966 à 1970; Membre du Conseil des Gouverneurs de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) de 1966 à 1969; Directeur de la Formation et de la Recherche au Commissariat National à l’Informatique (CNI) dans les années 1970-1981; Fondateur de l’Ecole Supérieure d’Informatique d’Oued Smar (ex. CERI); Directeur du Programme Intergouvernemental en Informatique (P2I) de l’UNESCO de 1983 à 1995; Président du Technological Innovation Panel (TIP) de l’UNESCO de 1990 à 1995; Conseiller du DG de l’AFNIC et Responsable du Collège International; Consultant de l’Union Européenne; Consultant en TIC au Mexique; Expert International en Systèmes d’Information.

Notons enfin que la première de ce forum coincide avec le huitième anniversaire de votre magazine N’TIC. Le 26 septembre 2006 sortait le tout premier numéro de N’TIC Magazine. 8 ans déjà que cette belle aventure a commencé. Un anniversaire que nous avons été heureux de fêter avec vous. Car sans vous, N’TIC ne serait pas…

We are using cookies to give you the best experience. You can find out more about which cookies we are using or switch them off in privacy settings.
AcceptPrivacy Settings

GDPR